2. C’est notre faute

Les climatosceptiques voudraient voir dans les phénomènes actuels des fluctuations naturelles du climat. Il n’en est rien: nos émissions de gaz à effet de serre sont en cause. En tant que pays industrialisé, la Suisse contribue activement au changement climatique.

Les émissions de gaz à effet de serre

Depuis le début de l’ère industrielle, les climatologues estiment que les activités humaines sont responsables de l’émission de plus de 2000 milliards de tonnes de CO2 dans l’atmosphère. La responsabilité en revient principalement aux pays avec l’histoire industrielle la plus longue, comme les Etats-Unis et l’Europe. La Chine est régulièrement pointée du doigt, mais rapportées à son nombre d’habitants, ses émissions sont plus faibles que celles de l’Allemagne.

Lire aussi: Qu'est-ce que la justice climatique?

Les flux de CO2

Nos émissions sont en partie piégées par ce qu’on appelle des puits de carbone: tourbières, forêts, océans, mais également les sols. La carbonatation du ciment, réaction chimique qui se déroule au contact de l’air pendant la durée de vie du ciment, permet également de piéger une petite fraction du CO2 atmosphérique. Mais les changements d’affectation des terres, par exemple la déforestation, empêchent ce stockage durable du CO2. Ces réservoirs ne sont alors plus suffisants pour neutraliser toutes nos émissions.

Lire aussi: Nettoyer l’atmosphère de son CO2, est-ce bien réaliste?

Les émissions en Suisse

Source: OFS

La Suisse émet environ 46 millions de tonnes d’équivalent CO2 par an. Un quart est dû aux transports, essentiellement du fait des voitures individuelles. Ce bilan ne prend cependant pas en compte ce qui est émis à l’étranger pour les produits et services importés et consommés en Suisse et qui représentent presque autant que les émissions intérieures.

Lire aussi: Pourquoi l’on ne recense pas toutes les émissions carbone?

L’ampleur de la déforestation

En 2020, un rapport des Nations unies rapportait que presque 100 millions d'hectares de forêts ont été perdus en deux décennies. Certains pays se démarquent avec de grosses pertes: la Russie (avec près de 5,5 millions d’hectares), le Brésil (près de 3,3 millions) et l’Australie (2,3 millions). A cause du changement climatique, les forêts sont de plus en plus vulnérables face à des incendies de plus en plus ravageurs. Du fait de leur raréfaction, les forêts stockent aussi de moins en moins de CO2.

Lire aussi: «Les forêts risquent de ne plus assurer leur rôle protecteur»

3. De nouvelles menaces