3. De nouvelles menaces

Le dérèglement climatique vient directement menacer l’humain et la biodiversité. Météo extrême (ouragans, tornades, canicules), perte de biodiversité, détérioration de la qualité de l’air… Au-delà du risque de dégât matériel, la question de l’impact sanitaire de ces aléas se pose aussi.

Plus de canicules en Europe

Source: Copernicus

Les températures moyennes augmentent en Suisse, en Europe et dans le monde. La décennie 2011-2020 est la plus chaude jamais observée et les six années écoulées depuis 2015 ont toutes atteint des records, selon l’Organisation météorologique mondiale. Le nombre de jours aux températures extrêmes devrait également augmenter. La Suisse pourrait subir 30 à 35 jours de canicule de plus d’ici à 2050.

Lire aussi: La décennie qui a fait du réchauffement climatique une réalité

La biodiversité en danger dans le monde

L’urbanisation, la hausse des températures et la fréquence accrue des événements météo extrêmes accroissent la pression sur des écosystèmes souvent déjà menacés. Dans sa liste rouge, l’Union internationale pour la conservation de la nature dresse la liste des espèces menacées à travers le monde. Les écosystèmes suisses sont également concernés.

Lire aussi: «En Suisse, la petite faune s'éteint en silence»

La pollution de l'air

Source: OpenAQ & OFS & UN

Selon l’OMS, 91% des habitants de la planète respirent un air pollué. Cette pollution, notamment due aux particules fines, aux oxydes d’azote (NOx) et à l’ozone troposphérique est un fléau silencieux qui diminue l’espérance de vie. En Suisse, une étude a démontré en 2015 qu’elle était au moins responsable de 2200 décès prématurés par an.

Lire aussi: La pollution de l'air s'impose peu à peu comme un facteur aggravant de Covid-19

Le jour du dépassement dans le monde

Le jour du dépassement est une date symbolique, au départ imaginée par l’ONG américaine Global Footprint Network, qui marque le jour où le monde a théoriquement épuisé toutes les ressources naturelles renouvelables disponibles pour un an. En 2021, la Suisse aura consommé toute sa part de ressources le 11 mai. Si tous les pays se comportaient de la même façon, cela représenterait en un an l’équivalent de 2,8 planètes. Ce concept a toutefois été critiqué par certains spécialistes pour ses limites méthodologiques.

4. Les actions à mettre en place